72, rue Raynouard, 75016 PARIS
Tél. 01 44 30 26 00 / Fax. 01 42 30 51 93
Contacts

site de l'école

09.01.2014

Devenir Juge Consulaire en 2015

Etre juge consulaire c’est travailler bénévolement au service public de la justice. C’est une activité passionnante et prenante, ouverte à tous et pas seulement aux juristes. C’est une excellente occasion de rendre service à la collectivité tout en ayant des occupations intellectuellement passionnantes dans un climat convivial.

Une vingtaine de nouveaux juges sont élus chaque année

Si vous êtes de nationalité française Si vous avez plus de 30 ans et avez été au moins pendant cinq ans administrateur ou dirigeant d’entreprise, Si vous avez envie d’apprendre un nouveau métier Si vous aimez rédiger Si vous aimez rendre des services à titre bénévole Si vous avez du temps disponible,

Vous pouvez être juge consulaire, c’est à dire faire partie des 3100 juges en France et 172 à Paris qui sont chargés de résoudre les litiges entre entreprises et de traiter les difficultés qu’elles peuvent rencontrer. Nul besoin d’être juriste lors de l’inscription car une formation adaptée vous sera dispensée.

Composée de dirigeants d’entreprises de tous types d’activités, le tribunal de commerce de Paris constitue un milieu de relations extrêmement riches, dans une atmosphère amicale, exempte de toute compétition ou rivalité ; il est pour chacun des juges une source continue de progrès, d’épanouissement et de découverte.

Soyez curieux, interrogez-nous !

Pour en savoir plus, contactez le secrétariat de la présidence du Tribunal de commerce de Paris (Farah Avion : 01 44 32 83 02 ; farah.avion@tc-paris.org) afin de prendre rendez-vous avec un juge consulaire qui vous donnera plus de détails sur cette activité passionnante.

Faites le avant le 31 mars 2014 car les dossiers de candidature sont examinés chaque année en avril. Des entretiens de sélection ont lieu en mai et juin puis, après avoir reçu une formation au cours du dernier trimestre de l’année, les nouveaux juges exercent leur activité judiciaire à partir de l’année suivante (c’est à dire 2015)